Dieugénisme


« Saphique Marie, salope de Dieu,
Saigne pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre nuit.»

Amen !

Ils arrivent d’outre-sens
Pour te couvrir de leurs essences,
En ne laissant de leurs fragrances
Que douleurs, flash-back d’enfance,
Dieu tes fils sont des chiens sanguinaires,

Anal Jésus au Paradis
Blasphème, nu où il a joui,
Saphique Marie au Paradis,
Blasphème, nue où elle a joui,

Elles arrivent en d’autres lieux
Pour t’inviter à jouer leurs jeux,
En ne laissant sur le plateau
Que la défaite pour seul cadeau,
Dieu tes filles sont des chiennes sanguinaires,

Anal Jésus au Paradis
Blasphème, nu où il a joui,
Saphique Marie au Paradis,
Blasphème, nue où elle a joui,

Ils débarquent d’un autre ailleurs
Par quelques stratagèmes et leurres,
Ils t’amènent au-delà du seuil
Pour qu’il n’y est plus aucun écueil,
Satan tes fils sont des loups insoumis,

Anal Jésus au Paradis
Blasphème, nu où il a joui,
Saphique Marie au Paradis,
Blasphème, nue où elle a joui,

Elles vont drapées d’une aura
Prendre ta main vers l’au-delà,
Tu passeras sous les Arches
La Vérité sera en marche,
Satan tes filles sont des louves insoumises,

Anal Jésus au Paradis
Blasphème, nu où il a joui,
Saphique Marie au Paradis,
Blasphème, nue où elle a joui,
Satan tes fœtus sont des futurs libres.

FIN


Borderline0 (0)

« L’Homme avance en équilibre sur un fil tendu.
Un fil tendu au dessus d’un abîme. »
Friedrich Nietzche

Medi, Terre, Années0 (0)

Dans la nuit du samedi 17 janvier 1997 au dimanche 18 janvier 1997, à Ben Slimane, dans les faubourgs d’Alger, le GIA (groupe Islamique Armé) commettra un des attentats les plus atroces de la guerre civile Algérienne. 49 personnes perdront la vie, dont de nombreux enfants, massacrées aux couteaux et aux sabres. Je leurs dédie ces quelques mots.

C’est qu’un oiseau… Mais…0 (0)

La fenêtre et les barreaux,
Tu vois passer un oiseau...


 

[Votant : 0 Moyenne : 0]


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Annuler Laisser un commentaire