Échappatoire


L’on me fermement enquière à écrire quelque chose de beau ! Une histoire jolie, d’amour, pleines de couleurs et de lumière ! « – Fait pleurer dans les chaumières. » m’’a-t-on prestement enjoint ! Mais si ça fait pleurer ce n’est plus une histoire d’amour ? Sauf … Si ça finis mal ! Et voilà, ça va très mal finir tout ça, ils le savent tous les deux. Il faut arrêter ça. Que ferait l’un sans l’autre ? Sont-ils dissociables ? Est-ce que si elle dit « – non ! », lui dira toujours « – oui. » et vice et versa ? Elle allume la lumière et elle porte une jupe bleu clair. Voilà, c’est fait pour la lumière et la couleur. Pour l’amour par contre, ils se tuent parce qu’ils s’aiment ? Moi je croyais que l’amour c’était la vie ! Bref, ils se tuent parce qu’ils s’aiment. Ça finit bien ou mal selon le point de vue. Ils s’aiment, mais ils se tuent, ou alors ils se tuent, mais ils s’aiment. Dans tous les sens, ils se tuent, ils s’aiment Ailleurs. Ils recréent leur lumière Ailleurs. J’ai la lumière. Encore. C’est plein de lumière, la mort lumineuse, la mort d’Amour. Les forces d’Ailleurs sont convoquées et invoquées en urgence pour l’Éternité. La Mort d’Amour Éternelle. Ou éternel. La Mort d’Amour Éternel.

Un beau jour je m’échapperais,
Je m’échapperais pour t’retrouver,
De leurs prisons à mille clés
Avec leurs barreaux tout rouillés,
Ils pourront pas m’en empêcher,
Autrement moi je les tuerais,


Si un jour tu veux plus me voir
Si tu me pousses au désespoir,
Si un jour tu veux m’dire Adieu
Je nous suiciderais tous les deux,
Que ton âme le veuille ou pas
On s’retrouvera dans l’au-delà,


Tu pourras pas l’en empêcher
Sinon je te la volerais,
Et si la bien mauvaise idée
Venait à Dieu de m’empêcher,
De t’retrouver même ici
Bèh moi je l’jette du Paradis.

FIN


Borderline0 (0)

« L’Homme avance en équilibre sur un fil tendu.
Un fil tendu au dessus d’un abîme. »
Friedrich Nietzche

Medi, Terre, Années0 (0)

Dans la nuit du samedi 17 janvier 1997 au dimanche 18 janvier 1997, à Ben Slimane, dans les faubourgs d’Alger, le GIA (groupe Islamique Armé) commettra un des attentats les plus atroces de la guerre civile Algérienne. 49 personnes perdront la vie, dont de nombreux enfants, massacrées aux couteaux et aux sabres. Je leurs dédie ces quelques mots.

C’est qu’un oiseau… Mais…0 (0)

La fenêtre et les barreaux,
Tu vois passer un oiseau...


 

[Votant : 0 Moyenne : 0]


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Annuler Laisser un commentaire