Induction & Survie


Il y a, en mathématique, un principe nommé « principe d’induction ». La probabilité qu’un événement survienne n’est pas nulle, mais très infime, si bien que l’on puisse induire de cette généralité que si ça ne peut arriver qu’une fois sur …N Ça n’arrivera pas… En tout cas pas ici et maintenant ! C’est un principe assez fort, d’ailleurs pas seulement mathématique, c’est assez généraliste. On avance comme ça. Avec les risques et les infimes probabilités que ce risque se transforme en ce qui pourrait arriver vraiment, ici et maintenant.

Erreur.

« – Bon. Il faut que je reste calme. Je peux bouger, je ne suis pas blessée. Je suis dans un coffre. Donc je suis dans un coffre. Oui, je l’ai déjà dit. Putain, reste calme, putain ! Réfléchis. Je dois refaire le film. Je sors, je suis sur le parking, je marche, je tombe, et là, je me réveille dans le coffre d’une voiture. Qui roule. Attachée et bâillonnée. Putain, c’est flippant ! La voiture roule assez vite, donc c’est une assez grande route, il s’éloigne de la ville, ça me laisse du temps pour réfléchir. Il ou elle, ou eux, j’en sais rien. La voiture n’a pas l’air trop penché vers l’arrière, je ne pense pas qu’il y est quelqu’un sur la banquette arrière. Personne ne parle. Il est seul. Probablement. J’aimerais qu’il mette la radio. Putain, Inès, réfléchis, ne perd pas le fil. S’il est seul, qu’il m’a enlevée comme ça, ce n’est pas gentil du tout, c’est peut-être un tueur en série, je ne sais pas, mais pour oser faire ça, enlever quelqu’un, rouler sur la route avec quelqu’un comme ça dans le coffre, il ne faut pas être net du tout, ça ne fait aucuns putains de doutes que c’est un taré qui veut me violer, me torturer et me trucider. Parce que je n’ai aucuns putains de doutes non plus que ce n’est pas une blague ! Je suis vraiment attachée et bâillonnée dans le coffre d’une voiture conduite par un psychopathe qui me prend pour sa mère, son oncle ou son curé, et qui veut me faire payer à moi leurs turpitudes passées et peu glorieuses ! Donc il ne me voit pas comme moi, Inès, pour lui, je suis une représentation. Je ne sais pas si je le ou la connais. Mais je ne pense pas que ce soit une femme, il conduit trop mal ! Putain, Inès, ne perd pas le fil… Je dois me personnaliser à ses yeux. Je dois le forcer à me voir comme une personne réelle, personnalisable, avec une identité propre. Dès qu’il ouvrira le coffre, je lui dirais : « Je suis… » Puis mon prénom et mon nom, dans cet ordre, puis : « Je suis née le…», puis ma date de naissance et le lieu où je suis née. Je ne dois plus être à ses yeux une Représentation, mais Moi. Lui parler, sans cesse, de moi, de lui, créer un monde où nous ne sommes que tous les deux, une bulle, l’enfermer dans une bulle. Avec Moi. Et sans Représentation. ».

J’ai fait ça.

FIN


Corta (Courte)0 (0)

Tant corta, intensa... Si courte, intense...

Passatge (Passage)0 (0)

Mauvais endroit, mauvais moment...Nous ne sommes que de passage...

Nuit-6690 (0)

669 maux. Contient des passages violents.


 

[Votant : 0 Moyenne : 0]


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Annuler Laisser un commentaire