Il


Lieu : quelque part dans ma folie…
Temps : nouvelle Lune de septembre 2021…

01:40

Je me gare dans le chemin. Elle est là. Je la vois. Une Licorne blanche, une nouvelle Lune, un joint et Il arrive. C’est désormais lui qui dicte. J’exécute. 20 minutes.

02:00

Je sors de la voiture et m’approche du nuage. Elle est sur le nuage. Je m’approche et lui donne une coup de couteau de chasse dans l’encolure. Elle recule un peu en titubant. Un flot de sang noir, le sang est noir dans le noir, jaillit de sa blessure. Je retourne à ma voiture fumer un joint. 20 minutes.

02:20

Quand je reviens elle est couchée au sol devant le nuage noir. Elle ne bouge plus. J’enfonce le couteau en haut de son ventre et je l’ouvre. Es organes se répandent sur le nuage. Je découpe sa tête au couteau sur le nuage. Je crève ses yeux de jaspes. 41 minutes.

03:01

Jessie est morte. Je l’ai assassinée.

Il est toujours là
Il est toujours là…
Il est là toutes les nuits
Où elle-même s’enfuit,

Elle n’est jamais là
Elle n’est jamais là…
Elle n’est plus là ces nuits
Ces nuits où Il s’enfuit,

Elle ne veut pas
Personne ne veut…
Personne ne peut
Elle ne peut pas…

Voir Il.
Sauf quand Elle est là.

FIN


Borderline0 (0)

« L’Homme avance en équilibre sur un fil tendu.
Un fil tendu au dessus d’un abîme. »
Friedrich Nietzche

Son kamasutra morbide0 (0)

Ce n’est que des poupées. Seulement des poupées. Vous pouvez démembrer et enlever la tête des poupées sans conséquences. Et ce n’est que des chats...

Échappatoire0 (0)

Amor, Ad vita, Ad mortem


 

[Votant : 0 Moyenne : 0]

Rejoignez les 3 autres abonnés

Poésie du pire


Précédent Suivant

Laisser un commentaire