Échappatoire


L’on me fermement enquière à écrire quelque chose de beau ! Une histoire jolie, d’amour, pleines de couleurs et de lumière ! « – Fait pleurer dans les chaumières. » m’’a-t-on prestement enjoint ! Mais si ça fait pleurer ce n’est plus une histoire d’amour ? Sauf … Si ça finis mal ! Et voilà, ça va très mal finir tout ça, ils le savent tous les deux. Il faut arrêter ça. Que ferait l’un sans l’autre ? Sont-ils dissociables ? Est-ce que si elle dit « – non ! », lui dira toujours « – oui. » et vice et versa ? Elle allume la lumière et elle porte une jupe bleu clair. Voilà, c’est fait pour la lumière et la couleur. Pour l’amour par contre, ils se tuent parce qu’ils s’aiment ? Moi je croyais que l’amour c’était la vie ! Bref, ils se tuent parce qu’ils s’aiment. Ça finit bien ou mal selon le point de vue. Ils s’aiment, mais ils se tuent, ou alors ils se tuent, mais ils s’aiment. Dans tous les sens, ils se tuent, ils s’aiment Ailleurs. Ils recréent leur lumière Ailleurs. J’ai la lumière. Encore. C’est plein de lumière, la mort lumineuse, la mort d’Amour. Les forces d’Ailleurs sont convoquées et invoquées en urgence pour l’Éternité. La Mort d’Amour Éternelle. Ou éternel. La Mort d’Amour Éternel.

Un beau jour je m’échapperais,
Je m’échapperais pour t’retrouver,
De leurs prisons à mille clés
Avec leurs barreaux tout rouillés,
Ils pourront pas m’en empêcher,
Autrement moi je les tuerais,


Si un jour tu veux plus me voir
Si tu me pousses au désespoir,
Si un jour tu veux m’dire Adieu
Je nous suiciderais tous les deux,
Que ton âme le veuille ou pas
On s’retrouvera dans l’au-delà,


Tu pourras pas l’en empêcher
Sinon je te la volerais,
Et si la bien mauvaise idée
Venait à Dieu de m’empêcher,
De t’retrouver même ici
Bèh moi je l’jette du Paradis.

FIN


Il

Lieu : quelque part dans ma folie...
Temps : nouvelle Lune de septembre 2021…

Son kamasutra morbide

Ce n’est que des poupées. Seulement des poupées. Vous pouvez démembrer et enlever la tête des poupées sans conséquences. Et ce n’est que des chats...

Rio Café

P'tit Louis pète un plomb... Garez vos miches...


 

L’Ogre de Santa Cruz

« Vers la fin je devenais de plus en plus malade, assoiffé de sang, et pourtant ces flots de sang m’emmerdent. Ce n’est pas quelque chose que j’ai envie de voir. Ce que je désire ardemment, par contre, c’est assister à la mort, et savourer le triomphe que j’y associe, mon propre triomphe sur la mort des autres. C’est comme une drogue, qui me pousse à en vouloir toujours plus. Je veux triompher de ma victime. Vaincre la mort. Elles sont mortes et moi, je suis vivant. C’est une victoire personnelle. ».

Mindhunter

Au cours des vingt-cinq ans passés au FBI, l'agent spécial John Douglas est devenu une légende vivante. Premier profileur de serial-killers, il a suivi et résolu des dizaines de cas, dont le dernier qui lui a presque coûté la vie.

Terres de sang : L’Europe entre Hitler et Staline

« Voici l’histoire d’un meurtre politique de masse. » C’est par ces mots que Timothy Snyder entame le récit de la catastrophe au cours de laquelle, entre 1933 et 1945, 14 millions de civils, principalement des femmes, des enfants et des vieillards, ont été tués par l’Allemagne nazie et l’Union soviétique stalinienne.

[Votant : 0 Moyenne : 0]

Poésie du pire


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

keyboard_arrow_up