Son kamasutra morbide


Elle a su pour les poupées.

Les chats, je ne sais pas, peut-être.

Je mettais les morceaux où je pouvais…

Je les découpais sur la table de la cuisine, les poupées.

Les chats, je les découpais sur la table de la cuisine.

Elle a vu pour les poupées, elle a regardé.

Elle a regardé pour les chats, elle a vu.

Elle était troublée. J’étais troublant.

Je continuais. Elle se caressait.

Main dans sa culotte. Elle me troublait.

Elle était troublante. Elle aimait regarder.

Elle aime regarder.

Elle regarde jusqu’au bout.

Son Kamasutra morbide.

L’autopsie vivante est son point G.

Seule, elle se connecte à elle.

La regarde dans les yeux.

L’hypnotise.

Leurs regards ne se quittent plus.

Elles se regardent jusqu’au bout.

C’est troublant et terrorisant.

Pour moi, ce n’est que des poupées.

Ce n’est que des chats.

Ce n’est que des putes.

J’aime faire, elle aime regarder.

On s’aime…

FIN


Borderline0 (0)

« L’Homme avance en équilibre sur un fil tendu.
Un fil tendu au dessus d’un abîme. »
Friedrich Nietzche

Medi, Terre, Années0 (0)

Dans la nuit du samedi 17 janvier 1997 au dimanche 18 janvier 1997, à Ben Slimane, dans les faubourgs d’Alger, le GIA (groupe Islamique Armé) commettra un des attentats les plus atroces de la guerre civile Algérienne. 49 personnes perdront la vie, dont de nombreux enfants, massacrées aux couteaux et aux sabres. Je leurs dédie ces quelques mots.

C’est qu’un oiseau… Mais…0 (0)

La fenêtre et les barreaux,
Tu vois passer un oiseau...


 

[Votant : 0 Moyenne : 0]


Précédent Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Annuler Laisser un commentaire